Vous vous êtes inscrit pour accoucher à la Clinique du Mousseau.

Votre parcours de soins comportera plusieurs étapes.

La consultation d'anesthésie:

Les cours d'accouchement:

Au cours de votre 3ième trimestre de grossesse votre Obstétricien vous a demandé de prendre rendez-vous en consultation d'anesthésie. Le plus souvent il est conseillé de prendre rendez-vous au moins un mois avant la date prévue de votre accouchement.

Il s'agit de rencontrer l'un des anesthésistes de l'équipe de la clinique.

Vous discuterez avec lui des particularités de votre grossesse, de votre histoire médicale et de vos souhaits concernant la prise en charge de votre accouchement.

Ce sera le moment idéal pour lui poser des questions concernant la prise en charge de la douleur au moment de votre accouchement, concernant la péridurale ou même concernant n'importe quel sujet médical en relation avec votre accouchement.

Votre obstétricien va vous proposer d'assister à des cours d'accouchement organisés par les sages femmes de la clinique. l'un des cours concernera la péridurale et la prise en charge de la douleur. N'hésitez surtout pas à leur poser des questions et si besoin vous pourrez de nouveau aborder ces sujets avec l'anesthésiste qui vous rencontrera lors de la consultation d'anesthésie.

L'accouchement:

Le jour où vous vous présenterez à la clinique pour accoucher, quand vous percevrez des douleurs régulières liées à vos contractions, à la demande de la sage femme qui s'occupe de vous, l'un des membre de l'équipe d'anesthésie viendra vous proposer de mettre en route une anesthésie péridurale (ou tout autre forme d'analgésie lui a été proposée lors de la consultation). 

En cas de césarienne, si la péridurale est déjà en place, elle pourra être utilisée dans la plupart des cas. Si la péridurale n'avait pas encore été mise en place, l'anesthésiste vous proposera probablement de réaliser une rachianesthésie pour pouvoir procéder à votre intervention.

La péridurale:

La douleur de l’accouchement est ressentie différemment selon votre état physique, culturel ou psychologique. Elle augmente pendant le travail avec une intensité maximale au moment de l’engagement du bébé dans le bassin maternel. Une majorité de femmes (70%) la considèrent comme une douleur intense ou insupportable.

Pour soulager cette douleur, l’analgésie péridurale est la technique d’analgésie, la plus efficace et la mieux tolérée par la maman et le bébé.

En l'absence de contre indication, la péridurale, vous sera systématiquement proposée même si elle n’est pas obligatoire. La pose de la péridurale sera pratiquée par un médecin anesthésiste-réanimateur présent dans l’établissement 24 h/24. 

La péridurale est une technique d’anesthésie qui sert à soulager la douleur provoquée par les contractions. Elle consiste à mettre en place un cathéter (petit tuyau très fin), dans l’espace péridural situé au niveau de la colonne vertébrale lombaire. Ce cathéter est ensuite fixé le long du dos par du sparadrap et son extrémité est placée sur l’épaule.
Les produits anesthésiques « anesthésiques locaux », sont administrés par ce cathéter. Ils bloquent alors provisoirement la transmission nerveuse et suppriment la douleur pendant toute la durée du travail.

L'anesthésiste, L’obstétricien et/ou la sagefemme décideront du meilleur moment de la pose. La plupart du temps, la péridurale est posée lorsque le col est dilaté entre 3 et 8 cm, mais elle peut-être mise en place plus tôt si les douleurs sont intenses, ou pour certains déclenchements (pathologies). Elle peut parfois être mise en place pour des dilatations du col au-delà de 8 cm, à condition que le bébé ne soit pas encore « engagé » dans le bassin.

La mise en place de la péridurale se passe de la façon suivante:

Une consultation préalable auprès d’un médecin anesthésiste est indispensable.
La visite préanesthésique réalisée dans les minutes qui précèdent la pose, élimine les contre-indications de dernière minute.
Vous devez rester calme et immobile pendant la pose, pour faciliter le travail du médecin anesthésiste et surtout diminuer le risque de complications.
Vous serez installée en position assise ou couchée sur le côté.
Le médecin anesthésiste repérera l’espace péridural (entre deux vertèbres lombaires).
Il désinfectera soigneusement votre dos et pratiquera une anesthésie locale avec une très fine aiguille, pour rendre la pose de la péridurale très peu douloureuse (moins qu’une prise de sang).
Il installera ensuite le cathéter. Le positionnement du cathéter péridural peut entraîner une sensation désagréable mais fugace à type de décharge électrique. Le cathéter sera fixé le long du dos.
L’injection de l’anesthésique dans le cathéter est suivie d’un soulagement des douleurs en 10 à 20 minutes.

L’injection d’une seule dose d’anesthésiques dans le cathéter durerait seulement 45 à 70 min. Pour maintenir l’analgésie jusqu’à la naissance on peut :
• Soit injecter en continu par un pousse-seringue automatique
• Soit injecter par un système de « pompe sécurisée » : la maman s’administre elle-même une dose quand elle en ressent le besoin (le plus fréquent à la clinique).
Quelle que soit la méthode, l’analgésie péridurale est modulable en intensité et en durée au cours du travail et peut être « transformée » en analgésie plus forte (« anesthésie ») si une césarienne devient nécessaire. Les effets de la péridurale disparaissent en 1 à 3 heures environ (selon la dose) ; ceci permet le lever au retour dans la chambre.

La péridurale est contre-indiquée en cas de fièvre élevée, d’infection locale sévère du bas du dos (acné, herpès…), et surtout en cas de troubles de la coagulation sanguine. La péridurale n’est pas toujours possible en cas de maladie neurologique ou de la colonne vertébrale, en cas de saignement actuel ou prévisible, ou en cas de grande urgence.
Une hernie discale, une sciatique, une scoliose ne sont pas des contre-indications absolues mais sont des situations qui doivent pousser à discuter le rapport bénéfice-risque de  cette technique.

Des inconvénients ou des effets indésirables peuvent exister même si vous avez été surveillée attentivement, et que le médecin anesthésiste a pris toutes les précautions pour les éviter.
Vous pouvez ressentir un malaise passager dû à une diminution de la tension artérielle. Des tremblements peuvent également survenir, ainsi que des démangeaisons.
Il y a parfois un engourdissement, des fourmillements, une lourdeur ou une faiblesse au niveau des jambes.
Une difficulté transitoire pour uriner est fréquente et peut nécessiter un sondage évacuateur de la vessie.
Un traitement spécifique permettra d’atténuer ces inconvénients, voire de les supprimer en cas de besoin.

Comme tout acte médical, la péridurale expose à certains risques:

* Les maux de tête sont rares :
Ils sont dus à une difficulté technique au moment de la pose. Vous diminuerez ce risque, si vous restez calme pendant la mise en place du cathéter.
– S’ils surviennent, plusieurs traitements efficaces existent pour les atténuer ou les supprimer rapidement (repos allongé, boissons abondantes, perfusions, médicaments contre la douleur…)
– S’ils persistent, une nouvelle péridurale pourra être réalisée en injectant un peu de votre propre sang dans l’espace péridural (Blood Patch).
* Les lombalgies ou mal de dos:
Peuvent exister mais ne sont pas forcément dues à la péridurale (effort pendant l’accouchement, modification de la statique vertébrale, mauvaise position sur la table…). Cependant des douleurs au point de ponction peuvent être présentes 48 heures environ.
* L’infection est très rare (1/145 000).
* La paralysie, cet accident est tout à fait exceptionnel si l’on respecte les contre-indications (1/500 000).

Les produits utilisés pour la péridurale sont sans danger pour le bébé. La péridurale agit seulement sur la conduction nerveuse de la maman. Le bébé ne reçoit que des doses infimes non toxiques. La seule condition est que la tension artérielle de la maman reste normale. La tension artérielle est donc surveillée très souvent, et corrigée au besoin par des médicaments.

Aux doses utilisées à la clinique, la péridurale augmente peu la durée du travail et le risque de forceps et n’augmente pas le risque de césarienne.

Parfois, même si le médecin anesthésiste est très entraîné, la péridurale peut être impossible à réaliser.
Même avec une péridurale correctement posée le soulagement peut être incomplet ou latéralisé (c’est à dire un côté analgésié et l’autre non). Ces imperfections techniques peuvent parfois être atténuées ou corrigées, mais pas toujours.

La césarienne:

Clinique du Mousseau                                                    2 - 4, av. du Mousseau 91000 Evry                                      Accueil: 01 60 90 10 10

lesanesthesistesdumousseau.com (2016)